Les origines de la situation économique et sociale en Espagne

Les origines de la situation économique et sociale en Espagne

Conférence Débat
Antonio Luque

Le peuple espagnol subi une situation de crise sociale sans précédents. Le taux de chômage élevé a été baissé par l’émigration des jeunes et la non inscription de laissés pour compte. La crise du capital finie, le tau de profit est reparti et les inégalités se sont accrues selon les propres données officielles. L’état gère la dette suivant les règles de Bruxelles. Aucun changement de modèle économique n’est proposé par les partis majoritaires.

Le protectionnisme:

A la fin du XIX siècle l’Espagne perd définitivement le train de l’industrialisation. La lutte interclasse entre les propriétaires terriens et la bourgeoisie émergente est gagnée par les premiers qui instaurent un protectionnisme agricole peu porteur de progrès. Aucune modernisation de l’agriculture n'a été visible avant 1965.

La politique:

En 1934 un front républicain gagne les élections municipales. Le roi fuit et la république est proclamée sans un seul tir. Deux ans plus tard le Front Populaires gagne les élections. Le point clé est la reforme agraire selon le principe la terre appartient à ceux qui la travaillent. Arrivent ensuite trois années de guerre, trahison des démocraties européennes, appuie des forces nationales fascistes au régime franquiste. Exile, terreur et régime de la peur. Cela allait créer une espèce de mémoire historique qui a joué un rôle dans la forme qu’a pris la contestation actuelle au modèle du bipartidisme.

L'économie:

La situation économique se dégrade, il faut attendre 1954 pour retrouver un niveau de production semblable à celui de 1936. C’est la période dit autarcique, chaque village, chaque comarque dois se suffire à lui-même. On instaure les «fielatos», espèces de douanes intérieures, qui durent officiellement jusqu’en 1959.

En 1959, changement important dans la politique économique, on abandonne la modèle autarcique (phalange) et on applique le plan national de modernisation de l’économie. Deux piliers à cela : l’ouverture aux capitaux étrangers et l’ouverture de l’immigration. Il s’agit d’exporter la main d’œuvre excédentaire, la reconstruction européennes réclamait main d’œuvre peu qualifiée et docile. L’agriculture se modernise, l’excédent de main d’œuvre jette des millions de travailleurs vers l’Europe et les riches régions du nord de l’Espagne. La stabilité économique européenne crée les conditions du phénomène touristique et rend l’économie espagnole dépendante.

«Le miracle espagnol»

Les années 1990-2005 sont considérées comme étant les plus prospères de l’époque moderne. L’endettement privé bat tous les records. Les prix grimpent. Les vendeurs ont l’ordre de freiner la vente des biens. L'attribution de grands marchés d'état se fait sur la base d'une ristourne versée au parti au pouvoir, des fonds publiques sont déviés. Corruptions politiques et mafia se trouvent à tous les échelons de l’état. Les deux derniers présidents du PSOE sont inculpés. Pour la première fois l’Espagne devient un pays d’immigration.

L’émergence de la contestation

Plus de 2.000.000 de logements invendus, plus de 3 millions des personnes liés au bâtiment au chômage. Le niveau d'endettement des familles atteint des niveaux records. Les prêts immobilièrs ne peuvent pas être remboursés, les expulsions se multiplient et les premiers pôles de résistance s'organisent. Barcelone devient le symbole de cette lutte.

Le 15 mai plus de 100 organisations se regroupent à Madrid, spontanément on expérimente une démocratie sans passer par la direction des partis politiques dits de gauche. L'exemple se propage à toutes les villes importants d'Espagne.

Les participants à ces mouvements allaient devenir les activistes que l'ont trouve aujourd'hui sur les différentes formes d'organisations progressistes. Podemos est née des ambiances universitaires, sa liaison avec la classe ouvrière est faible. Les divisions internes risquent de faire de Podemos un parti classique.

Mercredi 4 janvier 2017 - 20h01
Activ-Royans - 26190 Saint Jean en Royans